(...)Lorsque j'ai rencontré Xiao Hong, c'était le début du printemps et ici, dans la province du Shaanxi, il faisait encore froid ; comme j'évoluais au milieu des troupes depuis longtemps, j'étais habituée à vivre à la dure. En voyant son visage pâle, ses lèvres maintenues serrées, ses gestes rapides et son rire nerveux, j'ai ressenti une impression particulière qui m'a beaucoup marquée, surtout sa façon de s'exprimer très naturelle et dénuée de toute affectation(...)
Extrait de "Souvenirs pluvieux et venteux de Xiao Hong" par Ding Ling

. Ding_lingf.jpg.jpg