Les platanes de l'Avenue Joffre se déplument de jour en jour. Dès leur arrivée, ils ont déniché un logement sans prétention. C'est un quartier calme aux villas cossues de style occidental.
Ils ont changé d'univers. Tout ici leur paraît démesuré, confus et imprévisible. Demander son chemin est toute une affaire quand on est, comme eux, des gens du Nord. On les dévisage d'un air moqueur, tout juste si on ne les évite pas. Lassés de se lancer dans d'interminables explications, ils finissent par illustrer leurs questions en traçant des idéogrammes au creux de la main. C'est leur unique façon de se faire comprendre.

zai_shanghai.jpg