En ce début de soirée hivernale, le ciel a tôt fait de s'obscurcir. Devant la librairie, ils marquent un temps d'arrêt, le regard interrogateur. Ils hochent la tête d'un signe affirmatif puis s'enhardissent à l'intérieur. Leur coeur bat à tout rompre.
D'emblée, ils le reconnaissent près du comptoir en grande conversation avec celui qu'ils supposent être le propriétaire des lieux. Ils ont l'impression d'être gauches et mal attifés. Néanmoins, le maître s'avance au-devant d'eux, leur sourit sous son abondante moustache de jais. La glace est rompue. Il les salue avec cordialité. Eux se perdent dans des formules surannées. Leurs manuscrits sous le bras, ils lui emboîtent le pas, légèrement en retrait. Le reste du monde leur importe peu. Ils ne voient que les pans de la longue tunique noire du maître flotter à la cadence de sa démarche encore agile.

la_librairie.jpg