Une porte s'ouvre sur un petit bistrot peu fréquenté, tenu par un russe blanc. Il n'y a pas un chinois. On leur apporte trois cafés. La menue jeune femme toussote un peu, écarquille ses grands yeux, fait semblant de saisir le parler différent de cet homme qui, déjà, l'a séduite.
La confiance s'instaure. Au-delà des paroles se tissent des liens que l'on veut durables. Surviennent la jeune amie et un petit garçon qui a l'habitude de se mêler au bavardage des adultes. Il fascine la menue jeune femme par sa maturité précoce.
Vient l'heure du départ. L'on se lève sans hâte, comme pour savourer les dernières minutes d'une compagnie inoubliable. Le maître défait les premiers boutons de sa tunique et tend quelques billets usagés à l'homme aux sourcils rapprochés. Celui-ci ébauche un signe de refus, puis s'incline en bredouillant une suite de remerciements.

eventail.jpg